Diégo

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal Sex

DiégoJe fais la route depuis quelques années en allant de festivals et festivals plutôt dans le sud l’été. Je dors dans la rue et je vis de mendicité. C’est une vie libre qui me convient bien. Je connais bien les ficelles pour rester propre, dormir au chaud et assurer ma sécurité. Ce n’est pas rose tous les jours mais pour moi c’est beaucoup moins chiant que d’avoir une vie intégrée avec métro-boulot-dodo. Je suis en forme, j’ai 30 ans et je plais aux filles marginales rencontrées qui comme moi traînent à la rue. Quand on en a envie on baise debout dans un parking car c’est moins glauque que les toilettes publics. Je ne bois pas beaucoup ce qui me permet de garder une certaine maîtrise de ma situation. Depuis quelques semaines j’ai une aventure particulière avec une bourge plus âgée. Elle doit bien avoir 45 ans. Elle est élégante, super sapée et blonde. Je fais la manche devant un grand magasin de 7 étages dont la clientèle est bourgeoise. Elle m’a plusieurs fois donné un peu d’argent. Puis elle m’a dit « comment ça va, je ne connais pas votre prénom ». Diégo répondis-je, ce sont mes origines portugaises ça se voit à mes cheveux noirs. Elle sourit et me dit qu’elle me trouvait beau et me donna un peu plus que d’habitude. Le lendemain elle repassa et me dit « Bonjour Diégo, voulez-vous gagner un peu d’argent, j’ai besoin d’aide pour porter les courses que je vais faire ». Moi je me suis levé en disant « je suis votre homme ». Elle ajouta « vous êtes perspicace, suivez-moi ». On est rentré dans le magasin. On a pris l’ascenseur pour le dernier étage. güvenilir canlı bahis siteleri Et dès qu’il fut en route elle me mit une main entre les jambes en disant « j’en ai trop envie ». Je n’avais pas encore connu cette sorte de riche salope mais je lui mis immédiatement une main sous sa jupe et fût directement en contact avec ses lèvres. Elle n’avait pas de culotte et a écarté les cuisses en surveillant la progression de la montée. Avant d’arriver au dernier palier elle bloqua l’ascenseur et me fixa avec ses yeux très bleus et dit « 100 dollars si tu me fais jouir avec ta bouche en moins de 3 minutes ». Elle était joueuse mais moi aussi. Je me suis mis à genou en relevant sa jupe et je lui ai bouffé la chatte avidement en passant une main entre ses fesses pour lui toucher l’anus. Elle s’est cambrée en avant pour mieux s’offrir. Je l’entendis dire « vas-y Diégo, suce la bien la salope de bourge qui te paie pour prendre son pied ». Je l’ai pénétrée avec ma langue. En plus elle était très propre et sentait bon. Son pubis épilé avait juste un ticket de métro de poils courts. J’ai enfoncé mes doigts dans son cul et elle a joui en feulant de plaisir. Puis je me suis relevé en m’essuyant avec ma manche. On a fini d’arriver à l’étage. Elle m’a filé l’oseille et m’a dit « tu es bien Diégo, je trouverai un autre scénario pour la prochaine fois, ici c’est trop surveillé donc trop court, à bientôt ».Pendant quelques jours plus de trace de la bourge blonde. Je commençais à ne plus y penser quand elle arrivé de nouveau très distinguée, maquillée, güvenilir illegal bahis siteleri parfumée. Elle s’adressa à moi assez directement « Etes-vous disponible pour une heure Diégo ». Moi j’étais déjà debout guettant les dollars, des occases comme ça on n’en voit pas beaucoup. Elle me dit « au bout de la rue il y a une grande brasserie au coin de la place. Je vais allez prendre un verre. Vous arrivez dans 10 minutes et vous me suivrez aux toilettes qui sont spacieuses. »Je l’ai suivie des yeux en la suivant tout court. C’était une vraie femme, féminine qui marchait sur ses hauts talons en ondulant légèrement des hanches. Elle avait un tailleur grège avec une jupe étroite et une veste courte. Je l’ai laissés boire son café puis quand elle s’est levée je suis rentré dans la brasserie et je l’ai suivi au fond. Elle est montée à l’étage. Il y avait de vastes toilettes avec une cabine encore plus grande aux normes pour handicapés. Elle a vérifié que je suivais et elle est rentrée en laissant la porte entrouverte. Il n’y avait personne. Je suis rentré et j’ai verrouillé. Elle s’est appuyée contre le mur et a ouvert sa veste. Dessous elle était nue et ses seins pointaient. Elle a retroussé sa jupe et l’a enroulée sur ses hanches. Là aussi elle était nue. Cette vision était très excitante. Je lui dis « quel est votre contrat aujourd’hui ». La même somme que la dernière fois mais c’était trop court. Là je te veux pour 30 minutes. Viens ici petit et suce moi les tétons. Je le fis avec plaisir et elle se caressait la chatte. güvenilir bahis şirketleri Puis elle dit « Plus bas maintenant ». Je me suis agenouillé et je l’ai sucée avec application pendant qu’elle se massait les tétons. Elle écarta les cuisses puis releva une jambe et posa un pied sur le couvercle de la cuvette. Ses commentaires m’encourageaient « c’est bien Diégo, prends ton temps, vas plus profond ». Moi je prenais mon pied car son sexe sentait bon et sa mouille abondante montrait qu’elle montait en régime. Elle m’a écarté la tête, m’a regardé et m’a dit « j’ai apporté un préservatif car je veux que tu me baises » et elle me le tendit puis se tourna face au mur, y appuya ses épaules, écarta ses jambes et se cambra vers moi en séparant ses fesses avec ses mains. Elle était vraiment très salope et très bandante. J’ai pénétré son sexe chaud et luisant de liquide. C’était bon. Elle dit « Aller Diégo fais-moi plaisir baise-moi profond et longtemps ». Je l’ai pilonnée en la tenant par les hanches pour bien la secouer jusqu’à ce qu’elle me supplie d’arrêter. Sous les spasmes de son orgasme elle s’est écroulée à genoux où elle resta un moment secouée de vagues successives de plaisir. Puis elle leva vers moi un regard embué et transformé par le plaisir. Elle me dit avec une voie troublée « Comment fais-tu pour me faire jouir aussi fort ». Elle me donna l’argent ensuite on est allé boire un café. J’ai parlé un peu avec elle pour essayer de la comprendre. J’ai juste su qu’elle avait, dans une autre ville, un poste à très autre responsabilité comme magistrat qui la contraignait à un contrôle total de sa vie habituelle et qu’elle avait besoin de temps en temps de lâcher complètement prise pour s’équilibrer. Je n’en ai jamais su plus et je ne l’ai jamais revue mais j’y pense souvent car elle m’a fait comprendre que mon choix de vie libre n’était pas idiot du tout.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan olun

Bir yanıt bırakın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.


*