À 18 ans, j’ai reçu la fessée comme un petit

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

À 18 ans, j’ai reçu la fessée comme un petitJe venais juste d’avoir 18 ans et Émilie, une camarade de cours, passait le week-end à la maison pour réviser en ma compagnie en vue des épreuves du baccalauréat. Maman était en déplacement et seul mon père, un chauffeur routier assez rigide et violent, était également présent. J’avais eu la mauvaise idée le matin de voler un cd au supermarché du coin et je m’étais fait prendre. Le vigile avait pris mon adresse et noté mon numéro de téléphone, puis il m’avait promis que j’aurais tantôt de ses nouvelles. Je n’avais informé ni mon père ni Émilie, de cette fâcheuse mésaventure. Nous étions, elle et moi, en plein travail de documentation lorsque j’entendis le téléphone sonner et mon père décrocher. Je pouvais l’entendre pousser des cris indignés et ce fut, non sans raisons, avec une certaine appréhension que je réalisai que la conversation avait pris fin et que mon père se dirigeait à grandes enjambées vers la chambre où nous nous trouvions. Son entrée fut pour le moins fracassante, nous étions Émilie et moi,assis  en tailleur sur le lit et la gifle que papa m’asséna alors, m’envoya proprement valdinguer contre le mur. Il me souleva par les cheveux pour me faire mettre debout et me gratifia encore de deux claques particulièrement sonores. -Espèce de sale petit voleur, je vais t’apprendre à me déshonorer de cette façon! Une gifle jaillit encore et, alors qu’Émilie s’offusquait de ce qui m’arrivais, j’entendis mon père lui narrer par le détail mes exploits matinaux. -Vous allez pouvoir assister, jeune fille, à ce qui arrive aux jeunes effrontés comme mon fils lorsqu’ils se comportent comme des voyous. – Dis-lui toi, comment on punit les enfants délinquants iskenderun escort dans notre famille. Papa me tenait toujours par les cheveux et me secouait en tous sens comme un prunier. -Tu trouves que tu t’es comporté comme un adolescent de 18 ans responsable aujourd’hui? -Non papa, cela n’arrivera plus jamais, lâches-moi maintenant s’il te plaît. Une nouvelle claque sonna violemment. -Tu vas le dire comment tu t’es conduit, sale morveux? -Très mal papa. Les larmes commençaient à couler sur mes joues et il me sembla deviner un petit rictus moqueur sur le visage d’Émilie. -Pour la dernière fois, tu t’es comporté comme un garçon de quel âge, ce matin? -Je..je sais pas papa, comme un enfant de huit ans. -Et comment on les châtie, les vauriens de cet âge lorsqu’ils commettent une crasse de cette importance? Une énième et terrible gifle percuta ma joue droite. -On…on les prive d’argent de poche Vlam, la claque fusa comme un éclair sur ma joue gauche. -Tu te moques de moi? – Non! On…on leur donne la…la fessée, papa! – Ah oui? Et comment ça? Par dessus leur pantalon, sale petit voyou? – N…non, sur leur derrière tout…tout nu. -Alors je crois que tu as compris ce que tu méritais, cette fois? – Mais… Mais papa, j’ai 18 ans et Émilie est là. – Tu en as peut-être 18, mais tu viens d’admettre toi-même que ta conduite était celle d’un bambin de 8 ans. Alors déshabilles-toi maintenant! Il relâcha mes cheveux et je me mis à sangloter comme un bébé. -Pitié, papa, pas ça, c’est pas possible! -Tu préfères peut-être que je le fasse sur le balcon pour que tout le voisinage puisse te voir? – Oooh, nooon, papa. -Alors, et c’est la dernière fois que je te le dis, déshabilles-toi! kırıkhan escort La mort dans l’âme, je me mis à dégrafer très lentement ma chemise puis je l’ôtai, pour me retrouver à torse nu. -Ton pantalon, maintenant! Je m’exécutai en pleurnichant et je sentais la honte rougir encore un peu plus mes joues, déjà coloriées par l’avalanche de gifles. J’étais désormais vêtu de mon seul slip, face à une Émilie qui commençait à trouver de plus en plus amusante la perspective de ma future humiliation et sur le visage de laquelle je pouvais observer maintenant un franc sourire. Mais, avant que d’autres considérations n’aient le temps de traverser mon esprit, papa s’empara d’une chaise puis il enserra d’une seule main mes deux poignets derrière mon dos, et me jeta violemment en travers de ses genoux. Je crus défaillir lorsque je sentis son autre main se saisir de l’arrière de mon slip et le faire glisser, pour dévoiler mes deux globes fessiers dans leur plus totale nudité à la vue d’Émilie. La large et rugueuse paluche de mon père commença alors à s’abattre avec une extrême v******e, et avec la régularité d’un métronome, sur ma croupe dénudée qui ne tarda pas à prendre la teinte d’une écrevisse ebouillantée. Je hurlais comme un damné, autant de rage que de douleur, et je sentais les larmes et la morve dégouliner sur mon visage, tout en entendant distinctement Émilie rire aux éclats. Cette terrifiante fessée dura un bon quart d’heure car à chaque fois que mon père envisageait de s’arrêter, sa rage reprenait de plus belle et il recommencait avec encore plus de vigueur. Lorsqu’il en eût enfin terminé, je m’empressai de me relever et de remonter l’arrière de mon slip, afin kumlu escort de masquer à la vue d’Émilie mes deux fesses cramoisies et endolories. Gravissime erreur! -Je t’ai dis de te rhabiller, gamin? Je vois que tu n’as toujours pas saisi la leçon! Mon père ouvrit une des armoires de la chambre et en ressortit le terrible instrument qui me terrifiait lorsque j’étais petit, le tape-tapis. -Avec ça tu vas peut-être enfin comprendre et pour en être certain, tu vas voir comment je vais m’y prendre. Cette fois, tu peux complètement lui dire adieu à ton slip. Il m’agenouilla devant Émilie et retint de sa main ferme mes deux poignets au dessus de ma tête puis, avec une rapidité qui me laissa complètement surpris, il ôta d’un seul coup cette dernière parcelle de vêtement qui cachait ma plus stricte intimité. J’étais nu comme un ver et le tape-tapis s’abattait avec furie sur mon derrière, faisant danser ma petite quéquette comme un asticot au bout d’un hameçon, en face d’une Émilie cette fois-ci morte de rire. Cela dura longtemps, puis il m’envoya meurtri et nu dans mon lit et renvoya ma camarade chez elle. Pourtant, c’est le lendemain que le pire se produisit, lorsque je réalisai que cette mauvaise amie avait raconté l’histoire à toute la classe. Profitant de ce que nous étions en salle de gym,mais que les profs n’étaient pas encore là, et que j’étais aux anneaux torse nu avec mon seul bas de training, règlement oblige, un garçon fit rapidement monter les anneaux à une hauteur telle que je n’ose plus sauter et sans que j’aie le temps de réagir. Ainsi suspendu dans le vide, je fus mis à nu par les garçons qui mirent à terre mon bas de training et mon slip et je dus rester ainsi jusqu’à l’arrivée du prof en devant subir les commentaires des filles et des garçons sur les marques qui ornaient mes fesses et sur ma petite queue qui pendouillait dans le vide – Et tu feras tous nos devoirs jusqu’à la fin de l’année, petit cul rouge, sinon ce sera…la fessée! Et ils éclatèrent tous de rire.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan olun

Bir yanıt bırakın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.


*